Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 17:33

   Rappel: les consignes de Fanfan pour ce défi N° 56, à savoir un début  d'histoire policière imposé, et l'obligation de répondre dans le texte  aux questions:
     1- Pourquoi la porte du frigo est-elle ouverte? 2- Pourquoi y a-t-il une chaussure à l'intérieur? 3-Pourquoi le grand-père est-il couché dans l'entrée?4-Que fait le parapluie dans le lit conjugal?5- Où est passée la grand-mère? 6-Pourquoi la bouteille est-elle vide?-7-où sont passées les casseroles?8-Qui adit que c'était impossible? -9 pourquoi lundi, -10-Que fait le chat chez les voisins?



       Voici ma petite nouvelle:

Un soir d'orage, où le bruit du tonnerre se mêlait à un plastiquage, près de la maison de Dumé, une silhouette  informe s'arrêta pour reprendre souffle et attendit un moment sous la marquise  des K. , nos voisins.
    Jean et  moi étions cachés derrière les rideaux et nous respirions à peine , certains que le fuyard était l'auteur de l'attentat dont nous avions entendu la détonation quelques instants auparavant. Soudain, il disparut comme happé par la nuit qui était brusquement tombée : les éclairs  maintenant zébraient le ciel , éclairant de façon fantômatique la rue devenue déserte.. . La pluie redoublait de violence, nous empêchant de sortir. Un cri effrayant venu des entrailles nous fit sursauter: Jean hurlait: "Là, là..." Puis il tomba lentement sur lui-même. Une ombre aux pupilles dilatées s'approchait en émettant des bruits comme des sanglots mêlés à des martèlements métalliques, comme des casseroles entrechoquées... Une créature de cauchemar, en armes de combat. Aussi mort que vif, je restai pétrifié. Je la sentis  frôler mes jambes nues puis elle y enfonça des ongles acérés. D'instinct, je bondis, et oubliant ma frousse de la nuit, de l'orage et du type qui rôdait, je courus à l'extérieur, la bête toujours sur mes talons et hurlant comme un chat en rut jusqu'à ce que je m'engouffre dans l'entrée des K. dont la porte était béante.  Je dérapai sur le sol  rendu glissant par l'eau de pluie et je fis une sorte de vol plané. L'atterrissage fut largement amorti par un corps couché à même le carrelage, un corps ronflant en soufflet de forge. C'était le vieux K., le" grand-père". C'était son surnom, mais de petit-enfant, il n'en avait point...Bref, je le reconnus à son odeur caractéristique de malpropre, mais là c'était étrange, il sentait autre chose, un truc qui piquait le nez et me fit éternuer.  Le pâle reflet des réverbères de la rue l'éclairait, grosse masse un peu visqueuse. Mais que faisait-il dans l'entrée, à cette heure-ci?.. le trousseau de clés dans une main, en pyjama ...et seul! Où était passée la "grand-mère", celle qui lui servait un peu à tout et ne le quittait pas d'une semelle?.
 
   Mon sang ne fit qu'un tour! une histoire pas claire du tout s'était déroulée à deux pas de chez nous et nous n'avions rien vu!...Je me sentis investi d'une mission: résoudre cette énigme. 
La "Bête" avait disparu, j'avais dû la semer, j'étais soulagé et mon esprit bouillonnait d'impatience à commencer l'enquête.
    D'abord, un impératif, VOIR!
   Je tâtonnais dans le noir jusqu'à trouver l'interrupteur: pas de veine, tout avait disjoncté!
   Le vieillard sifflait maintenant "La Madelon" entrecoupée de hoquets écoeurants. Il fallait sortir d'ici au plus vite et je me dirigeai vers la cuisine située au bout du couloir car  je savais pouvoir y trouver des bougies ou à défaut au moins un briquet ou des allumettes. En avançant, je heurtai une bouteille qui roula avec un bruit de vide: une partie du mystère était élucidée, le vieux s'était enivré,  tout simplement! Pas de quoi fouetter un chat! j'étais déçu!...J'aurais voulu du plus croustillant.
  Dans la cuisine, une bougie allumée était fichée dans une bouteille vide éclairant une scène  hallucinante: la grand-mère, assise à la table, hébétée, fixant de son oeil borgne  le frigo à la porte grande ouverte. Vide lui aussi! Vidé plus exactement , vu le nombre de cadavres de  bouteilles et de canettes jonchant le sol devant, de nourriture sortant de paquets éventrés sauvagement, de fruits piétinés...L'odeur épouvantable ne venait pas de ces immondices, c'était cette fois encore, une odeur bizarre mais qui avait des airs de connu: la puanteur d'une chaussure mille fois portée!!!!! Effectivement, elle s'étalait sur une clayette, délacée , béante, arrogante! A la lueur vacillante de mon bougeoir sommaire que je tenais d'une main tremblante de fièvre et d'excitation, je vis dépasser un bout de papier  sur lequel en lettres rouge- tomate on avait écrit:
  " Lundi, première vengeance" et c'était signé d'une empreinte de patte de chat dégoulinante de sauce.
    Je sortis en trombe de la pièce, m'engouffrant dans la porte entrebaîllée à ma gauche: une scène dont j'aurais pu rire si je n'avais été aussi terrifié, m'attendait:  un type était installé au milieu du lit conjugal  du vieux couple, en vainqueur,  comme sur un trône. Autour de lui, les casseroles  de cuivre de la grand-mère, étincelantes comme des trophées. Il brandissait un  parapluie de l'ancien temps à la pointe d'acier à la manière d'une épée  dans ma direction et me tenait sous la fascination de son regard vert vipérin. Je reconnus immédiatement la silhouette de la rue qui m'avait intrigué. Mais comment pouvait-il être à la fois hors de la maison des K et dans leur lit???
    Je ne pipais mot, soutenant courageusement  l'assaut de ses yeux, m'attendant au pire quand soudain, il éclata d'un rire suraigu à glacer le sang.  "C'est moi , le Chat! tu me connais, le chat du voisin!, je suis allé te chercher chez toi tout à l'heure pour que tu sois le témoin de ma victoire! Tu seras ma seconde vengeance!" éructait-il comme s'il broyait les mots à la moulinette. Qu'allait-il m'infliger à mon tour? Je me taisais et je le sentais s'énerver...et je perdais pied, et j'allais tomber...  Alors je lui ai dit: " Mais c'est impossible!"  
    C'étaient  les mots de trop. J'étais perdu.

    Quand je rouvris les yeux, une équipe de soins s'affairait autour de moi et un chat, celui des K., me regardait d'un air entendu et satisfait.
                      
                                                                              MdP.
 
 
   
    

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans Défis et Jeux Littéraires
commenter cet article

commentaires

pichenette 09/06/2011 07:15



Morte de rire ou morte de peur, Mimi des plaisirs?






Mimi des Plaisirs 16/06/2011 14:36



 Chapeau pour les sigles! A retenir pour une autre fois!



pichenette 06/06/2011 19:00



MDR ou MDP, MdP ?!!!!



Mimi des Plaisirs 08/06/2011 17:48



Je donne ma langue au chat! !!!!!
Eclaire ma lanterne sur cette énigme...



Gourmandise 04/06/2011 18:08



Bon défi relevé avec panache.



Mimi des Plaisirs 05/06/2011 23:24



Panache peut-être , mais je n'en menais pas large!!!



Lenaïg 01/06/2011 10:06



Bonjour Mimi ! Quelle histoire, qui fait frissonner ... de peur, ou de plaisir ? Les deux à la fois, ha ha ! Donc, toutes sortes de chats, chez toi et ici, rien à voir avec le doux compagnon avec
lequel tu es sur ta photo ! C'est un chat garou, hou hou ! Super idée, grand bravo et bisous !


 



Mimi des Plaisirs 05/06/2011 23:01



Un grand merci Lenaïg pour ton enthousiasme . Mais tu sais, les chats et moi, c'est une longue histoire! Alors l'imagination s'emballe mais les consignes de Fanfan m'ont quand même sacrément
orientée!
 Mon doux chat, c'est Fil de soie et il raconte ses histoires sur "mon" blog, en douce justement!!!
 Amitiés à toi.



Tricotine 30/05/2011 22:52



fou récit ... l'orage a frappé fort.. à moins que ce ne soit l'odeur du plastic merci Mimi le suspense est là et touts
les ingrédients sauce piquante Corse et Mystère !!! bonne soirée 



Mimi des Plaisirs 05/06/2011 22:40



De l'orage, nous en voudrions bien ici même: pas une goutte sur la commune depuis des semaines, alors qu'il a plu (peu..mais c'est mieux que rien...) à quelques kilomètres à la ronde. C'est pour
ça que les neurones finissentpar chauffer un peu trop!