Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 17:36

hugo-cabret.jpg L' Invention de HUGO CABRET: "roman en mots et en images de Brian Selznick", traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Danièle Laruelle, publié en 2008, Bayard Editions Jeunesse: UN COUP DE COEUR!

   L'Invention de Hugo Cabret est arrivé par hasard entre mes mains: dans un sac -surprise ( choisi parmi d'autres) dont le contenu (4 ouvrages et un CD) avait été concocté par une des bibliothécaires de la médiathèque.
      Ce livre m'a épatée et conquise par son originalité:" Brian Selznick, à la fois conteur, dessinateur et concepteur de livres, mêle l'illustration, le roman en images et le cinéma pour créer une forme de récit inédite et offrir au lecteur une expérience unique." Il a d'ailleurs reçu la médaille Caldecot 2007, le prix le plus prestigieux aux Etats-Unis dans la catégorie livre illustré.

   L'histoire, adaptée fidèlement par Scorcese dans son  film sorti en décembre 2011,  est celle d'un jeune garçon orphelin, Hugo Cabret.
 Mais je laisse la parole à un certain professeur H. Alcofrisbas ( à une lettre près, l'anagramme de notre François Rabelais, alias Alcofribas Nasier) dont les propos servent d'introduction au roman:
  L'histoire que je vais vous conter se déroule sous les toits de Paris en 1931. Vous y ferez la connaissance d'Hugo Cabret, un garçon qui un jour,  découvrit un mystérieux dessin. Ce dessin allait changer à jamais le cours de sa vie.
    Ne tournez pas la page trop vite! Imaginez d'abord que vous êtes assis dans le noir, comme au cinéma avant le début d'un film. Sur l'écran, le soleil se lèvera bientôt, et un zoom vous emmènera à travers le ciel jusqu'à une gare située au coeur de la ville. Vous franchirez les portes pour survoler le hall grouillant de monde, et , là, parmi la foule, vous apercevrez un garçon qui se déplace dans la gare. Suivez-le bien, car c'est Hugo Cabret. La tête pleine de secrets, il attend que l'histoire commence.

  Effectivement, se déroulent alors plusieurs planches dessinées au crayon sur Canson blanc cadrées de noir jouant d'effets cinématographiques: plan large, plan rapproché, panoramique, gros plan, etc jusqu'au moment où la scène est perçue en focalisation interne, celle de Hugo s'enchaînant diresctement avec les premières lignes du texte romanesque proprement dit page 46:
   De son perchoir derrière l'horloge, Hugo domine tout et observe.
 
 En effet, l'enfant vit seul dans des locaux désaffectés dans les galeries supérieures de la gare, survit de rapines et  assume le travail de son oncle disparu pour ne pas être découvert et finir en orphelinat. Il remonte régulièrement les nombreuses horloges de la gare et veille à leur parfaite exactitude. Le reste du temps, il le consacre à achever de remonter l'automate sur lequel son père travaillait quand il avait péri dans l'incendie du musée. Il pense que sa vie dépend du message que l'automate -capable d'écrire- lui délivrera.
  Après plusieurs péripéties organisées avec une précision d'horlogerie et un sens du détail assez fascinants autant à travers les dessins qu'à travers le texte, l'énigme sera découverte. La personnalité du réalisateur Georges Méliès, créateur de l'extraordinaire court métrage "Voyage dans la lune" , occupe le devant de la scène. C'est l'occasion d'évoquer le cinéma à ses débuts,des films muets avec des photos des films inédites sans que jamais l'intérêt pour les aventures de Hugo ne se relâche jusqu'à la résolution finale.
   Les personnages secondaires inventés comme Hugo Cabret sont attachants: Isabelle,  amoureuse des livres , petite fille d'un vieux marchand de jouets et d'automates, Etienne opérateur au cinéma, la marraine d'Isabelle...
   Les objets : un carnet noir rempli de croquis, le robot, la clé, les jouets mécaniques jouent un rôle prépondérant dans la progression dramatique  passionnante.

   Le procédé qui mêle intimement la narration rédigée et la narration dessinée en noir et blanc, les images de film et photographies d'époque, accrédite le récit.
 Cette quête du sens à donner à sa vie est l'axe sur lequel s'imbriquent tous les autre rouages de la fiction et de l'histoire du cinéma et de celle de Méliès. C'est un objet parfaitement abouti , ce livre obtenu au final. Des pièces à priori disparates forment un système romanesque et iconographique de 530 pages, parfaitement cohérent de cent cinquante-huit dessins différents et un roman de vingt-quatre mille quatre centsoixante-sept mots...
   Brian Selznick est un extraordinaire"faiseur de livres".

 ISBN: 978-2-7470-2423-5- Edition Bayard jeunesse- novembre 2008.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Catherine 11/01/2012 22:42


ça ne m'étonne pas que tu aies aimé ce roman, Mimi, il paraît qu'il est génial.


j'aurais pu avoir le livre mais je me suis dit non, que j'irais au cinéma pendant mes vacances (semaine de nouvel an) et finalement, je n'ai pas pu aller au cinéma et... je n'ai toujours pas lu
le livre... mais je le note !


Bonne fin de semaine

Mimi des Plaisirs 12/01/2012 14:58



C'est une curiosité et tu as l'impression d'avoir un gros carnet à dessin dans les mains, à cause de l'épaisseur du papier, style papier Canson.
Un  livre à offrir, je pense.
 J'aimerais aussi voir le film, le passage du noir et blanc à la couleur, les acteurs, la mise en oeuvre des effets, etc...
 
 Je t'espère complètement rétablie.
 Bises.



sophie57 11/01/2012 21:09


L'ouvrage tel que tu le décris paraît en effet superbe...et tu as un bibliothécaire que je t'envie! bises Mimi!

Mimi des Plaisirs 12/01/2012 14:54



Les  dessins sont magnifiques et imitent le déroulement d'une séquence filmique, supplantent le récit. C'est super bien fait!
 Hélas , au bout de trois semaines, il a fallu rendre le livre  à la médiathèque!
Il me reste à voir le film ...
 Bises.



Le Chaton 11/01/2012 20:09


Encore une nouvelle découverte... Bises Le Chaton

Mimi des Plaisirs 12/01/2012 14:50



Ce doit être intéressant de confronter le livre au film.
Bises.
 Mimi des Plaisirs