Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 20:10

 hammerklavier   Publié en 1997, ce récit autobiographique de Yasmina Reza dont l'élaboration s'est déroulée sur plusieurs années, a connu lors de sa parution un extraordinaire succès.

   Je l'ignorais quand j'ai retiré ce petit livre du rayon de la médiathèque mais confiante dans le talent d'auteur de théâtre que j'avais déjà apprécié dans la pièce "ART", et séduite par le titre musical qui renvoyait à la sonate de Beethoven, je l'ai emprunté. Bien m'en a pris car j'y ai trouvé beaucoup plus que ce à quoi je m'attendais: ses pages sont presque toutes des fragments d'anthologie qui ouvrent de vastes perspectives, invitent à réfléchir, à sourire ou à s'émouvoir.

    Et pourtant, que de sobriété et de brièveté dans ces évocations sans ordre apparent, si ce n'est celui de la mémoire affective ! Sa vie de fille, de mère ,  les épisodes où elle met en scène sa Mamoune qui décline , son père qui lutte contre l'oubli et la dégénérescence, sa fille qui grandit, le petit Nathan qui refuse de ranger ses jouets, l'émotion inoubliable du silence "d'au moins trente secondes" avant le tonnerre d'applaudissements saluant les "Caprices de Marianne" dans la Cour des Papes, l'ancienne "camarade" de classe Lucette Mosès souffre-douleur retrouvée comme choriste avec l'orchestre de Paris et tant d'autres instants revisités  sont de vrais bonheurs de lecture.
    Des réflexions aussi sur la musique, l'écriture et surtout, comme un fil rouge aux fragments du , récit, la présence obsédante du temps qui passe, des efforts désespérés pour garder une trace de ce qui ne sera plus, pour retenir ou freiner la chute tragique  dans l'oubli,  l'indifférence, la mort.

     La force de ce récit  réside dans son absence de dogmatisme, dans sa légèreté et dans l'humour qui affleure même au coeur du drame.
      Par exemple, dans les pages où elle évoque son père qui porte les stigmates de la mort :

    Il est debout, nu devant la glace...Il dit "tout simplement le masque de la mort" comme parlant d'un autre ou d'une évidence quasi comique dans sa nudité.(..)
    Je lui dis, c'est vrai papa que tu n'es pas terrible en ce moment.
     -N'est-ce pas!...
 Il rit. Il se met à rire et nous rions tous les deux, moi assise sur le rebord de la baignoire, lui renfilant sa chemise de nuit, lui de bon coeur, moi aussi finalement, non de rire, mais de le voir rire, qu'il puissse rire, mais que nous soyons capables, lui et moi de rire devant pareille contemplation.


   La variété des tons et des registres concourt à en faire une oeuvre musicale, une sonate  comme le titre semble l'indiquer.
      De lectures, de musique, il en est souvent question.
   Je ne résiste pas à citer intégralement l'incipit délectable intitulé "Un rêve":

    J'ai fait le rêve suivant. Mon père mort revenait me voir.
     -Alors, lui dis-je, comment est-ce? as-tu rencontré Beethoven?
    Il se renfrogne et secoue la tête avec dégoût et tristesse:
     -Ah, la, la! Horrible rencontre!
     -Comment ça?
     -Très antipathique, très.
     -Mais comment, papa?
    -Je m'approche de lui, poursuit mon père, prêt à le serrer, sais-tu ce qu'il me dit:"Comment avez-vous osé vous attaquer à l'Adagio d'Hammerklavier! Comment avez-vous pu une seule seconde vous imaginer interpréter une mesure d'Hammerklavier?"
     -Pardonnez-moi maître, lui répondit mon père, je vous imaginais au-dessus de ça à présent....
      -Mais enfin! s'écrie Beethoven, être mort n'est pas être sage!"


  "
Hammerklavier" récit de Yasmina Reza, un livre constructif et passionnant à travers lequel se profile une femme au regard sensible et  aiguisé, à l'écriture reconnaissable. 



  Publication aux éditions Albin Michel en 1997. ISBN2-226-09477-6  (132 pages) puis dans la collection" Le livre de poche
".
  

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Pichenette 18/01/2011 22:59



Excellente critique ! Un seul reproche: je la lis le soir et bibliothèques et librairies sont fermées. C'est pire qu'une envie de chocolat non satisfaite! Un supplice



Mimi des Plaisirs 20/01/2011 16:57



Merci de tous ces compliments. Tu me fais rougir, mais si je t'ai donné envie de lire Reza, je m'en réjouis. A plus.



Anis 18/01/2011 19:16



En ce moment je cherche des biographies ou des autobiogrphies et je pense que je vais retenir celle-là.



Mimi des Plaisirs 20/01/2011 16:58



Tu trouveras ce livre plein de richesses dont je n'ai pas eu la place de parler. Bonne lecture!



Gourmandise 18/01/2011 16:19



Encore un livre poignant et riche en émotion à emprunter. L'autobiographie doit gagner en force dans son austérité.



Mimi des Plaisirs 20/01/2011 17:01



J'ai énormément aimé ce livre: je le trouve plein de qualités et de sensibilité. Je suis sûre que tu y trouveras du plaisir et de quoi réfléchir.



sophie57 15/01/2011 23:47



tu as écrit un beau billet qui donne envie de découvrir ce livre...j'avais bien aimé la pièce "art"...



Mimi des Plaisirs 20/01/2011 17:03



Merci pour ton compliment! la lecture te révèlera bien d'autres aspects attachants et le style de Yasmina Reza est vraiment particulier. A bientôt.