Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 15:32

  les-demeurees.gif  A la suite de l'émission "La grande Librairie"  du jeudi 7 avril à laquelle François Busnel avait invité Jeanne Bénameur pour la parution de son dernier roman, j'ai eu la curiosité de lire celui qu'elle avait publié en 2001, "Les Demeurées". En effet , à propos du pouvoir des mots, il a été fait plusieurs fois allusion à ce petit livre de 85 pages, véritable référence littéraire pour qui veut comprendre Jeanne Bénameur et sa "philosophie " de l'écriture. Connaissant déjà "Présent", autre roman de cette auteure, j'ai eu envie de ce retour aux sources, présenté comme la quintessence de l'écriture étudiée et maîtrisée pour parvenir au mot juste tout en donnant la sensation d'une parfaite évidence et  de naturel.
  "L'art de l'épure" dit la quatrième de couverture et j'ai eu effectivement cette impression e pénétrant dans ce huis-clos" brut " où l'affection se passe de mots , de gestes de tendresse mais s'exprime avec une force inouïe, ravageuse, animale...

    En effet, elles sont deux à s'aimer de tout leur corps, la mère et la fille, en totale osmose, comme dans la vie utérine.  La mère, La Varienne, la servante "demeurée "employée chez Madame, ne parle jamais, baisse la tête pour répondre aux "autres", trimbale son grand corps massif dans la petite maison où elle vit avec sa fille, Luce, née d'un viol et qu'elle a gardée envers et contre tout et tous, comme une bête son petit.
    "Abruties" toutes les deux: "comment pourrait-il en être autrement? Abruties, elles vivent, une lourdeur opaque dans le crâne, fleur durcie en bouton, qui fait bosse. Aucune image ne s' éploie jamais...Aucun espace n'a réussi à écarter, même infimement, l'esprit de l'oeil.

 
 
L'enfant vit dans ce bloc d'amour jusqu'à ce qu'elle soit arrachée à sa mère par l'école obligatoire.
 La mère, sans nom, est comme anéantie par le manque de sa fille. La petite résistera à cette intrusion des autres enfants, à celle de l'institutrice, Mademoiselle Solange, qui se prend d'affection pour Luce et se donne pour mission de l'éveiller, de lui apprendre à lire pour la sortir de ce néant.  Elle sera volontairement, passionnément rebelle aux mots, au savoir qui bourdonnent autour d'elle. Quand elle voit son nom, Luce, écrit sur le tableau noir, Luce regarde.
 Il s'agit de son nom. Le nom de qui. Le nom en grandes lettres blanches bien calmes sur le tableau.
 Tout le corps de Luce se resserre, fait mur.
 
 
Alors elle fuit l'école et tombe malade à en presque mourir . Lire, reconnaître son nom, c'est le premier stade de l'autonomie, de l' identité, de l'intelligence, de l'abstraction. Elle retourne au néant, "elle demeure" au stade de la fusion avec la mère, "re-naît" et le couple des demeurées s'installe dans la béatitude retrouvée et le temps arrêté.
 Mais les mots ont fait leur oeuvre: ils se sont introduits insidieusement dans la mémoire de l'enfant et ils réapparaissent. Elle reconnait les lettres qu'on lui donne à broder et des  bribes de phrases se font entendre dans la conscience de plus en plus éveillée de Luce. Elle  dira pudiquement son affection à Solange, terrassée par son échec auprès de l'enfant, en brodant son nom ...
   Jamais elle n'ira à l'école, personne ne connaîtra son secret, mais elle apprendra à lire au hasard de ses rencontres avec l'écrit. Désormais elle a une vie intérieure, affective: Solange, la passeuse de mots, l'a sortie de son abrutissement.


  Un livre à lire: optimiste , c'est un "conte" qui croit à la valeur et au pouvoir des mots contre la fatalité de la naissance.
   Ces pages laissent une trace, une cicatrice pour rappeler que les mots deviennent paroles, sont vivants, rattachent au monde et l'ouvrent devant nous.
   
   A lire aussi pour les portraits des deux femmes et de l'enfant
   A lire pour l'écriture de Jeanne Bénameur, retenue et puissante à la fois.
   A lire pour plein d'autres raisons...

 

   Publié chez Denoël en 2001, et depuis en poche Folio.
   ISBN:2-207.25212.4

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Anis 18/04/2011 08:19



J'ai mis gtes conseils de lecture sur mon blog. Est-ce que tu peux voir dans tes statistiques, si des gens consultent ces articles de chez moi ?



Mimi des Plaisirs 19/04/2011 17:51



Merci de ta confiance, Anis. Je tâcherai d'être attentive à ce que tu me demandes, mais je ne sais pas trop de quelle manière...



Gourmandise 17/04/2011 09:38



Cet ouvrage me tente plus que les précédents que tu avais chroniqués du même auteur: il me semble moins autobiographique et plus vrai étrangement, moins complaisant et narcissique. Bon dimanche!


 



Mimi des Plaisirs 17/04/2011 22:34



Il est vraiment à part, ce petit livre: vite lu, mais offrant d'étranges découvertes sur le monde intérieur.
Bonne lecture à venir: je te le garde!
Bises.



Richard 16/04/2011 12:00



Et voilà un petit livre pour assumer mon "petit côté féminin" !!! Et oui, quelques fois, je suis "fille" ... Je délaisse le polar pour me complaire dans autres choses ...


Et là, vilaine tentatrice, tu as réussi à éveiller ma curiosité.


Cette émission de "La grande librairie" je la regarderai bientôt (je les écoute tous !!! en différé !!!) et ensuite, je me procurerai ce petit bouquin.


Merci Mimi



Mimi des Plaisirs 17/04/2011 22:32



Oui, c'est cela, laisse-toi tenter!, tu découvriras un univers insoupçonné et le pouvoir des mots que tu connais bien, lui!
 Bonne lecture.



Anis 15/04/2011 18:48



Une belle et passionnante histoire. Tu m'as donné très envie de la lire pour toutes les raisons que tu as énumérées plus haut.



Mimi des Plaisirs 17/04/2011 22:28



Je pense que tu y seras sensible. Tu me diras tes impressions, éventuellement?



sophie 15/04/2011 16:07



je suis contente que tu aies apprécié, il fait partie des livres qui me tentent.



Mimi des Plaisirs 15/04/2011 18:04



Alors laisse-toi tenter...mais l'immersion est parfois douloureuse même s'il y a énormément d'amour dans ce livre.
Amitiés.