Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 19:30

       Tire, tire l'aiguille, ma fille.
brodeuse.jpg
        La bise hurle dans le ciel gris.

            A la croisée, belle Camille
            Chante en brodant.
            Elle s'applique avec son fil
            A tracer arabesques et pampilles.
            Déjà elle se voit à Séville
            Avec cape et mantille.
   
        Tire, tire l'aiguille , ma fille.
  
        Le sable vole, l'air brûle.
 
             Assise, nue, trop belle fille
             Brune aux yeux noirs chante.
             Elle s'applique avec son fil                     
             A  tracer sapins blancs et neiges.
             Déjà elle se voit à Vienne
             Avec manteau et mitaines.
        
         Tire, tire l'aiguille, ma fille.

         La ville éclate de clameurs                         
        
              Là-haut dans sa mansarde,
              Blême et cheveux dénoués
              En piquant l'aiguille, le sang              
              Elle a fait couler. Déjà la belle
              Se voit bien dormant mille ans
              Par l'amour d'un prince veillée.

        Tire, tire l'aiguille, ma fille.

         La rizière garde son mystère.

              Bien loin, devant sa machine,
              Les yeux usés, les doigts rapés
              L'enfant tisse sans trêve soies
              Pour belles  et fleurs de tiaré.
              Déjà, fière cabotine, elle se voit
              Aux îles, légère sous les alizés.

        Tire, tire l'aiguille, ma fille...

        La sierra se perd dans les nuées.
       

               Accroupie dans ses laines,
               Visage de rides creusé
               La vieille inca pleure solitaire.
               Sur le pavé, à ses pieds étalés
               Des lambeaux de sa vie brodés
               Avec les fils des rêves brisés.

        Tire, tire l'aiguille, ma fille, tire l'aiguille...


                    Mimi des Plaisirs (6 octobre 2011)       

        
   

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans créations littéraires
commenter cet article

commentaires

Jeanne Fadosi 10/10/2011 17:32



Quelques mots d'un refrain célèbre qui m'e'n ont mis l'air en tête, t'a emmené autour de la terre sur des réalités bien différentes de la bluette chantée par Dalida ou Hugues Auffray.


J'ai bien aimé ton poème Mimi



Mimi des Plaisirs 10/10/2011 19:22




Merci Jeanne de ce partage et de la signification que tu as vue dans mon poème.
Amitiés et bonne soirée avant un autre échange.



Elo 08/10/2011 12:40



Magnifique poème qui tout simplement nous guide vers la conscience et une réflexion bien plus profonde. bisous



Mimi des Plaisirs 10/10/2011 15:37



Merci à toi de ce partage sensible et en profondeur . C'est un plaisir!
Amicalement.
Bisous et bonne semaine!



Le Chaton 08/10/2011 09:54



Avec un chat nommé Fil de Soie, je comprend que ce thème t'inspire, merci du partage, Le Chaton.



Mimi des Plaisirs 10/10/2011 15:34



Tu as bien compris que j'aime les belles choses comme la soie, et donc Fil de soie.....



Etienne 07/10/2011 07:38



Variations musicales, imagier superbe de scènes intimes, j'ai beaucoup aimé ce poème : son onirisme jailli paradoxalement de l' évocation concrète, ses envolées d'un continent à l'autre nous
parlent bien de la femme par le biais du motif répétitif des sizains : attachée ( par nature ?) aux labeurs répétitifs, elle y puise le rêve compensatoire qu'elle veut y mettre, telle le moine
qui donne du sens au geste routinier...mais  les deux derniéres strophes sont bien amères!!votre texte est un pur moment de bonheur... merci, Mimi!!!



Mimi des Plaisirs 10/10/2011 15:32



Bonjour Etienne,
 Je suis rouge de confusion devant votre analyse. Je me sens presque poète en vous lisant et cela me trouble. Malgré tout, je suis heureuse que ce texte ait éveillé tant d'échos et heureuse
de vous avoir fait plaisir.
 Bien amicalement et à jeudi sans doute.
Mimi.



pichenette 06/10/2011 23:25



Je redis: génial!



Mimi des Plaisirs 10/10/2011 15:27



Attention! , j'ai les chaussettes qui gonflent!!!!!!!!!!!