Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 08:00

 Cette semaine , notre Captain des Croqueurs, Tricôtine, a proposé comme thème :" par la fenêtre" ou " fenêtre".
 
 J'ai choisi de faire entendre la voix de Victor Hugo, alors patriarche et grand-père de Georges  et de Jeanne dont il a la charge depuis la mort de son fils Charles et de sa femme.
 C'est le matin, et par les fenêtres ouvertes , il se laisse envahir par les sensations et les perceptions du dehors.
  Les yeux clos, il entend , il écoute, il devine ... Il nous entraîne avec lui dans une sorte de jeu de découverte d'un univers familier par une écriture de l'instant, très moderne et inhabituelle.

fenetre_ouverte_sur_la_seine_1911_pierre_bonnard.jpg (Bonnard- 1911)


      FENÊTRES OUVERTES

 
  Le matin- En dormant
  J'entends des voix. Lueurs à  travers ma paupière.
  Une cloche est en branle à l'église Saint-Pierre.
  Cris des baigneurs. Plus près! plus loin! non, par ici!
  Non, par là! Les oiseaux gazouillent. Jeanne aussi.
  Georges l'appelle. Chant des coqs. Une truelle
  Racle un toit. Des chevaux passent dans la ruelle.
  Grincement d'une faux qui coupe le gazon.
  Chocs. Rumeurs. Des couvreurs marchent sur la maison.
  Bruits du port. Sifflement des machines chauffées.
  Musique militaire arrivant par bouffées.
  Brouhaha sur le quai. Voix françaises. Merci.
  Bonjour. Adieu. Sans doute il est tard, car voici
  Que vient tout près de moi chanter mon rouge-gorge.
  Vacarme de marteaux lointains dans une forge.
  L'eau clapote. On entend haleter un steamer.
  Une mouche entre. Souffle immense de la mer.

        VICTOR HUGO
           1802-1885
                                   ( L'art d'être grand-père- 1877-)
    

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Parisianne-Musardises 21/01/2012 21:10


Bonsoir Mimi,
Un joli choix que ce poème que j'avoue honteusement ne pas connaître et pourtant Victor Hugo...
Amitiés
Anne

Mimi des Plaisirs 28/01/2012 19:16



 Honteuse? et pourquoi donc?Comment connaître Hugo? Son oeuvre est tellement vaste!!!!!
 Merci Anne de ce partage découverte. Les jeudis -poésie, c'est pour ça!
 Amitiés de Mimi.



Le Chaton 21/01/2012 10:16


Si choisis Hugo tu sais que je vais aimé... Bises et bon week-end Le Chaton.

Mimi des Plaisirs 28/01/2012 19:13



Qui n'aimerait pas un tel poète ? Mais je vais quand même aller piocher ailleurs que chez Hugo pour les autres jeudis et tu aimeras , tu verras!
 Bises et bon dimanche!



fanfan 21/01/2012 10:00


On  peut se mettre à sa place en fermant les yeux et en écoutant ..le fenêtre ouverte; j'aime beaucoup V.Hugo


Bon week end, bises

Mimi des Plaisirs 28/01/2012 19:11



C'est vrai: un bonheur simple, des sensations multiples ...Ce peut-être ludique aussi d'imaginer ce que ces bruits recouvrent comme activités.
 Bon dimanche, avec une grande semaine de décalage par rapport à ce message. Excuse-m-en je te prie.
 Amitiés de Mimi.



pichenette 20/01/2012 19:03


Très moderne, dans le rythme, la composition, même le choix des sonorités! Sans certains mots, forge, steamer, qui sont maintenant loin de notre quotidien, on pourrait l'imaginer surgi du clavier
d'un contemporain. J'aime bien ta fenêtre qui pousse à prendre le temps de regarder, d'écouter.

Mimi des Plaisirs 28/01/2012 19:07



Je savais qu'il te plairait celui-ci! Sans lourdeur, plein de sensibilité et de vie, universel dans son écoute du monde qui n'a pas tellement changé...
 Je n'ai pas de nostalgie mais crois-tu que l'on prend assez le temps d'écouter les bruits du dehors et de regarder par la fenêtre? Dans mon enfance lointaine, les gens , le soir,
s'asseyaient devant leur porte, toujours ouverte, et écoutaient, regardaient le temps passer...comme ça, pour rien, si ce n'est exister.



Catheau 20/01/2012 16:57


N'oublions pas que Victor Hugo disait : " J'ai disloqué ce grand niais d'alexandrin" ! Un poème tout rempli de vie.

Mimi des Plaisirs 28/01/2012 19:00



Tu as bien fait de signaler cette dislocation de l'alexandrin et la grande liberté d'écriture, signes distinctifs de la poésie de Hugo. Avec lui, tout est permis!
Merci de tes commentaires, Catheau!
 Au plaisir de te lire !
 Bon dimanche.