Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 18:56

      "Un conte de fées drôle et émouvant au charme furieusement excentrique" indique la quatrième de couverture de ce roman publié en Angleterre en 2003 et  traduit en 2009 pour les éditions françaises Héloïse D'Ormesson.

        Effectivement, on prend du plaisir à lire les aventures de Fatima, bonne à tout faire, malchanceuse chronique qui part de son île chaleureuse de  Djerba pour servir une vieille aristocrate ( la comtesse Merveil du Roc) et sa chienne Emma dans le très huppé seizième arrondissement de Paris. La fin optimiste et romanesque à souhait aisément prévisible et souhaitée par le lecteur- tant le personnage  de Fatima dégage d'empathie et d'énergie pour faire face à sa nouvelle existence- n'est pas le véritable intérêt du récit, à mon sens.

        Ce qui prime, c'est la galerie de portraits tous plus pertinents les uns que les autres, hauts en couleur et le tableau presque exhaustif du monde parisien avec ses quartiers chics ou très populaires, chaleureux et bigarrés ou guindés, le petit peuple des chambres sous les toits ou des salons

         Dans l'immeuble de six étages du 34bis, avenue Victor Hugo, cohabitent des personnages très typés, parfois un peu caricaturaux, les nantis et ceux qui les servent . Se créent ici des relations inattendues ,souvent truculentes et qui disent avec humour  combien les gens ont du mal à sortir de leurs préjugés ou de leurs attitudes  de "caste".  A côté,  donnant comme de juste sur le trottoir, il y a le café-bar  très vieillot comme ses tenanciers où se réunissent des habitués en mal de famille ou d'un lieu accueillant: on y parle, on suppute, on regarde  les intrus, on y a sa place et ses consommations. En fait, même toujours ensemble, ils ne se connaissent pas, cachent leur vraie nature et leur histoire personnelle, les timides font les fanfarons. Sous leur convivialité apparente, de même que  dans le vieil immeuble de pierre sous leur politesse désuète, ils sont tous terriblement seuls, avides d'attention et d'un peu d'humanité. On découvre des souffrances étouffées par une sévérité ou une résignation de "classe", des rêves inavoués et la misère cachée, la honte ou l'orgueil aliénant.

     Mais ce n'est jamais triste parce que Fatima représente l'espoir et la porte de sortie pour  Hyppolyte Suget,( le minable ex petit rat de l'opéra, ex-taulard), pour Hadley HadleyIII, écrivain en herbe ou pour la Comtesse. Elle est aidée par l'opulente Victorine qui distille le bonheur avec son grand rire et sa force de femme solide.

On pourrait s'amuser à décripter les noms des personnages tous signifiants comme dans les contes de l'enfance.

       Les auteurs sont Anglais  mais pour cette raison ils voient clair dans la vie française et l'écrivent avec leur humour particulier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans littérature
commenter cet article

commentaires

gourmandises-et-autres-plaisirsminuscules.over-blo 12/04/2010 10:26



C'est un livre agréable à lire, sans prétention aucune, qui prête à sourire et réfléchir.


J'en avais apprécié la lecture mais j'avoue que comme toi, je ne l'ai pas trouvé transcendant.