Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 12:26

  Mama-Miti.jpg Au Kenya, Wangari Maathai est affectueusement surnommée Mama Miti, "mère des arbres " en swahili. Elle est la première femme africaine à avoir reçu le prix Nobel de la paix. Il lui fut décerné en 2004 pour avoir su "établir le lien entre le développement de son peuple et la richesse de l'environnement naturel de son pays", le Kenya. Ici, comme ailleurs en Afrique, la survie des habitants dont le nombre s'accroît dépend directement de la terre dont les ressources sont, elles, en nette diminution en raison de l'abandon des méthodes agricoles traditionnelles au profit des cultures industrielles.
  C'est de cette prise de conscience que naquit le mouvement Green Belt (Ceinture Verte) de Wangari Maathi en 1977 dont l'ampleur et l'efficacité ne cessent d'augmenter.
 
   L'album signé Claire A. Nivola, présente l'histoire exemplaire de Mama Miti .
D'abord, une série de tableaux correspondant aux étapes de la transformation des paysages du Kénya en raison de la déforestation, de l'agriculture intensive entraînant l'appauvrissement des sols, l'érosion, la fin de l'élevage...Mama Miti qui revient d'Amérique avec une solide compétence biologique en fait le constat désolé mais décide de réagir.
 Suivent alors les lentes et difficiles marches de la reprise sur une idée simple: il faut replanter des arbres, développer les cultures maraîchères en récupérant les rares graines et semences qui restent, faire des pépinières. Elle s'adresse d'abord aux femmes, leur apprend les techniques. Elles ne sont pas prises au sérieux mais ne se découragent pas et peu à peu, sous l'impulsion de Wangari Maathai, les efforts portent leurs fruits, et les hommes leur prêtent main-forte. Le mouvement est lancé: dans les écoles, on apprend aux enfants à développer les plants, l'armée est sensibilisée. Des millions d'arbres sont plantés et cela continue en dépit des embûches et des  tentatives du gouvernement pour le contrecarrer.
 
  Les dessins sont fort beaux et explicites, propres à toucher les enfants lecteurs et je trouve que cette histoire vraie d'engagement en faveur du respect de la nature est un beau message:
    "Quand la terre est nue, elle se retrouve sans défense et appelle au secours. elle demande qu'on la rhabille. C'est sa nature. Il lui faut de la couleur, il lui faut ses habits de verdure!
    "Chaque arbre planté est un espoir de paix"

 
   Editions Le Sorbier, mai 2008. ISBN:978-2-7320-3917-6
 
   Album n°2 lu dans le cadre du challenge "je lis aussi des albums" initié par Hérisson08challengealbumbig1

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans albums et bandes dessinées
commenter cet article

commentaires

Anis 14/05/2011 11:35



Je ne connaissais pas cette femme, voilà c'est fait, et je vais aller chercher d'autres renseignements.



Mimi des Plaisirs 14/05/2011 22:18



J'ignorais tout d'elle également mais elle donne envie de la rencontrer: c'est une grande âme!



Catherine 10/05/2011 23:50



Je note cet album, il a l'air beau, et ça fait vraiment plaisir de savoir qu'ils plantent des arbres.



Mimi des Plaisirs 14/05/2011 20:59



Il est beau , oui, bien fait, et c'est une preuve vivante que l'utopie  a du bon et qu'elle peut s'imposer.  C'est un album, j'avais oublié de le signaler, qui a le label Amnesty
International.
Bonne lecture si tu le trouves et bon dimanche!
Amitiés.



pichenette 10/05/2011 14:31



On a beaucoup parlé de cette dame une année en cours alors qu'une des étudiantes était kenyane. C'est une belle personne.



Mimi des Plaisirs 14/05/2011 20:51



Tu dois avoir eu des témoignages très éclairants sur sa personnalité et sans doute eu l'occasion d'un bel échange!
Un exemple de ténacité chez Mama Miti, à mes yeux.