Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 19:40

   Vittachi

Suivre une enquête policière palpitante à Shanghai avec le maître de fengshui, Wong, flanqué de son assistante Joyce,"l' européenne", c'est aussi l'occasion de découvrir  la ville, ses quartiers, sa vie grouillante, son fleuve Huangpu, ses bâtiments officiels, ses commerçants, ses fonctionnaires,  ses artères , ses modes de vie, sa gastronomie...
     
 
      Maître Wong et Joyce doivent quitter précipitamment leurs bureaux pourtant choisis pour leur bon fengshui (!..) Les démolisseurs sont à l'oeuvre sur ordre venu "d'en haut". Qu'à cela ne tienne!... Ils partent chacun de leur côté avant de périr sous les décombres.  Wong est  invité à un dîner d' exception pour goûter au menu le plus excitant de Chine proposé à  des adeptes du frais à outrance par un chef français. Wong a choisi le lieu  en sa qualité d'expert en fengshui et doit toucher une somme exorbitante pour ses travaux .
  Joyce,elle, rejoint son petit groupe d'amis à un restaurant végétarien dirigé par une vétérinaire Linyao: elles doivent  confectionner des repas rigoureusement végétaliens pour d' étranges  congressistes dont le chef est Véga et le but officiel, le bien-être des animaux en Chine.
    L'histoire se corse quand, au même moment, la fille de Linyao est enlevée et que ses ravisseurs exigent d'elle, en échange de son enfant, son badge qui permet d'accéder aux écuries municipales de Shangai. S'engage alors un jeu de piste pour retrouver l'enfant. Sinha, voyant et ami de Wong l'assiste et par un jeu d'observations et de déductions sidérantes de logique parviennent à leurs fins, retrouvent le local des ravisseurs.
    Pendant ce temps, une attaque d' une rare violence a lieu au cours du banquet. Maître Wong et Joyce, venue l'avertir d'un danger imminent en rapport avec le rapt, deviennent otages- prisonniers,  promis à des morts atroces et  "exemplaires".
    Ils en apprennent assez pour comprendre qu'un complot vise à assassiner les présidents chinois et américain lors du gala donné dans quelques heures à peine  au Grand Théâtre de Shangai, celui qui ressemble à un bol tenu vers les cieux.
Ils parviennent à s'évader et débute une autre folle équipée, haletante, rythmée par le compte à rebours . C'est rocambolesque en diable, inventif, sans temps mort.
    Ils se retrouvent à six, conjuguant leurs efforts physiques, faisant fonctionner leurs neurones en surpuissance, poursuivis par les deux polices secrètes sur le pied de guerre et trimballant un éléphant blanc moribond qui porte dans ses entrailles une bombe capable de changer la face du monde. Ils tombent au milieu d'un gigantesque embouteillage qui entrave leur progression. La ville est complètement paralysée et pourtant, il faut évacuer la bête loin de la ville si l'on veut éviter un massacre. Heureusement le maître de fengshui est là et surtout le solide bon sens de l'ami déménageur de Joyce... et aussi...mais je ne veux pas trop en dire!

   L'histoire ne peut que se terminer sans trop de dégâts puisque Historiquement, il n'y a pas eu d'assassinat de présidents à Shangai...L'intérêt est tout entier dans  cette traversée de la ville.
  Le lecteur est entraîné dans un road-movie haletant. Les révélations  sur les systèmes politiques, policiers et terroristes sont présentées avec un éclairage inédit et un  humour décapant. La satire s'exerce avec efficacité et on ne s'ennuie jamais à suivre les péripéties de cette histoire en compagnie de plusieurs groupes de choc fort éclectiques issus  des cinq continents et  acculés au problème du temps qui s'écoule inexorablement...

   Dooley recula d'un pas et leva le bras droit. Quatre agents derrière lui sortirent leur arme et la braquèrent sur la Chinoise.
 Les sourcils de l'agent des Services Secrets s'élevèrent. Qu'est-ce-que c'était que cette histoire ? Une jeune routarde occidentale droguée qui évoquait vaguement la menace d'une bombe n'avit aucun poids-mais un authentique aveu de la part d'une chinoise bilingue d'une trentaine d'années, calme, visiblement intelligente: voilà qui nécessitait d'être pris au sérieux.
  "Alors là, on ne rigole plus, dit-il. je veux que vous sachiez quelque chose , Mesdames. Bien sûr, poser une bombe quelque part est un crime majeur. Mais rien que prétendre l'avoir fait, est également une offense de taille , selon moi, que ce soit vrai ou faux. Capisce? Vous dépassez les bornes."

    Comment vont-ils sauver leur peau, sauver l'équilibre du monde, rester fidèles à leur idéal avec une bombe nichée dans un éléphant sur le point d'exploser? Et il est impossible de laisser mourir l'éléphant blanc!

  Non, c'était la mort de l'éléphant qui provoquerait l'éruption d'une montagne de mauvais karmas aux proportions incalculables. En matière de karma, la taille comptait. Tuer une bactérie n'était rien. Tuer un oiseau ou un animal de taille moyenne, à moins que ce ne fût pour se nourrir, n'était pas formidable. Tuer un éléphant serait terrible. Et un éléphant blanc! Un symbole de longévité. De perfection. De royauté. Tuer un éléphant blanc après l'avertissement qu'il avait reçu le matin précédent- ce n'était pas envisageable.

        Le roman pourrait être la base d'un fort bon scénario pour un film d'aventures sur fond géopolitique et sociologique. Il respecte la règle des trois unités de la tragédie classique: unité de temps ( quelques heures); unité de lieu : un huis-clos (la ville -prison); unité d'action ( la bombe, éclatera ou éclatera pas?) et la tension dramatique ne fléchit pas un instant.

 Pour ma part, j'ai aimé, outre l'intrigue, cette immersion dans le Shangai moderne aux prises avec ses contradictions entre ses traditions séculaires, la philosophie chinoise classique, sa modernité  et son gigantisme. Les personnages ont des caractères bien trempés, le choc des cultures est réjouissant et instructif, balaie des idées reçues.
   Cerise sur le gâteau, les anecdotes de la Chine antique rédigées par Wong ouvrent certains chapitres et éclairent ironiquement l'agitation du récit  romanesque.

 Tout le système dynamique de la narration pourrait être celui-ci:
 Mais que se passe-t-il lorsque l'énergie yang atteint sa limite extrême? Il devient tranquillité. La tranquillité s'accroît. Mais que se passe-t-il lorsque la tranquillité atteint sa limite extrême? Elle devient activité. Ainsi le yang se transforme en yin , et le yin en yang. Chacun est la racine de l'autre.

 Editions PICQUIER poche (2007) 434 pages.                                       ChallengeDragonEau
  ISBN: 978-2-87730-946-2
  Traduit par Cécile Leclère.

 Ce roman est le premier lu pour le challenge " Dragon d'eau 2012" proposé par Catherine du blog" laculturesepartage.over-blog.com"

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Catherine 04/03/2012 19:03


Je pense lire cette série un de ces jours (là, j'ai reçu de nombreux livres et je n'en vois pas le bout ). Amitiés pour
toi et câlins à Fil de Soie.

Mimi des Plaisirs 05/03/2012 16:18



Attention à l'over-dose, papivore!
 Merci pour tout!
Amicalement, Mimi.



Catherine 22/02/2012 22:08


J'ai pris un peu de retard dans les liens pour le challenge Dragon 2012... Merci pour cette chouette note de lecture, Mimi. C'est le premier roman de Hong Kong . Cette histoire a l'air rocambolesque ! J'avais déjà repéré cette série de Nury Vittachi car un roman avait été présenté dans le
challenge Littérature policière sur les 5 continents (c'était d'ailleurs le seul de HK). Bonne fin de semaine et à bientôt, plus des câlins à Fil de Soie.

Mimi des Plaisirs 04/03/2012 17:54



Tu parles de retard, mais je ne suis pas en reste!...presque 15 jours sans toucher à l'ordi!
 Après coup, je me suis rendue compte que je n'avais pas donné d'indication sur l'auteur, toute prise que j'étais par mon article... Tant pis!
Merci de m'avoir mis le lien et d'avoir aimé : c'est un livre intéressant à bien des points de vue et qu pourrait te plaire.
 Amitiés à toi  et à bientôt.



Le Chaton 22/02/2012 19:06


Dernière nouvelle t'as été taguée, bises Le Chaton.

Mimi des Plaisirs 04/03/2012 16:45



J'ai découvert ça! Quel boulot, ce tag!
 J'ai bien apprécié ta prestation mais aurais-je le temps  de le faire à mon tour?  N'est-ce point trop tard presque 15 jours après?
 J'ai" manqué" comme on dit à l'école  pour cause de vacances et maintenant, que de choses à rattraper!
 merci d'avoir pensé à moi, malgré tout!



Lydia CHAMARIE 22/02/2012 08:06


Je vois ta photo lisant un livre, ce sont les plus belles photos à mon avis.


J'apprécie ton passage chez moi suite à l'article de Sophie sur l'un de mes livres.


Gros bisous,


Lydia

Mimi des Plaisirs 04/03/2012 16:40



Merci Lydia.Ce passage était fort agréable pour moi.


Tu connais la phrase de Montesquieu...( je cite approximativement) : "Il n'est de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé"!
 Bises.
 Mimi.



pichenette 21/02/2012 11:30


Et on note!


(chouette palindrome!)

Mimi des Plaisirs 04/03/2012 16:15



Je donne le "la" et toi, tu t'accordes! C'est parfait!