Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 16:40

 maf.jpg   Inattendu et jubilatoire, bourré de références au monde du spectacle, du cinéma et de la politique, ce récit signé Maf le chien, chien érudit, intelligent , observateur et perspicace.

     O'Hagan écrit l'histoire de l'Amérique l'année de l'élection de J. F Kennedy, L'Amérique qui entre dans l'ère de la modernité vue par l'oeil attentif, innocemment critique du chien Maf Honey.
  Maf, bichon maltais,  d'obédience trotskiste,  a été offert à Marilyn par Frank Sinatra. Marilyn a trente-quatre ans  et sort à peine de son divorce d'avec Arthur Miller. Elle essaie de se reconstruire et Maf devient son soutien, sa mascotte qu'elle emmène partout avec elle.
   Il semblait que j'avais été envoyé pour veiller sur elle. A présent qu'elle vivait de nouveau seule, Marilyn était  tout à la fois moralement revigorée et exténuée: elle voulait apprendre à se prendre au sérieux, à accorder de la valeur à son expérience. Et pourtant  elle ne pouvait pas se détacher de celle qu'elle avait toujours été: la fille mignonne et disponible, qui désormais prenait des pilules et buvait. (..) Quand elle me prenait dans ses bras, son doudou, son gardien, je sentais chez elle le poids de la déception comme si les choix qu'elle avait faits dans la vie, et en amour, n'avaient servi qu'à révéler ses défauts et l'impossibilité du respect.
 
 Les derniers mois de la vie publique de Marilyn et  de son intimité partagée par son fidèle compagnon à quatre pattes servent évidemment de fil rouge au récit. Elle est avide de reconnaissance et de rôles "sérieux" comme celui de Grouchenka,héroïne de Dostoïevski  qu'elle s'efforce de lire, visite des musées, fréquente des écrivains . La psychanalyse est toujours en toile de fond  en lien avec une profonde névrose, la pensée torturante et obsédante de sa relation au père "absent".  On assiste aux répétitions épuisantes. Sa personnalité humble et attachante prend le pas sur le mythe fabriqué par la starisation  à outrance.
 
 Mais le récit est aussi l'occasion de dresser une galerie de portraits inattendus, cocasses et renversants de noms prestigieux de l'histoire du spectacle et des arts, de leur collusion avec la politique, tel Sinatra, égocentrique mégalo, excité et dépité:
  Je leur ai organisé leur convention"Organisé". J'ai retenu tout le monde. J'ai chanté! J'ai fait venir toutes les stars d'Hollywwood ce soir-là. Je lui ai donné "Chicago, merde. Je le crois pas. "Bing Crosby est républicain, putain! (..)"Pour qui ils me prennent? Un charlot? Un gugusse qui fait dans le cinéma, hein? Un connard de cabaret? Ils s'imaginent que je peux gagner leur élection pour qu'ensuite...quoi? ils me larguent?(..) Qu'est-ce que je suis, un loser?
 _ Tu n'as rien d'un loser, voyons , dit Marilyn, Frank. Ils font de la politique".
  Tous les épisodes relatés sont assaisonnés de réflexions pleines de sagesse, de fines plaisanteries et d'ironie du commentateur canin, sacré connaisseur des faces cachées des grands hommes du XXème siècle et de la nouvelle génération.
  
 Maf voyage beaucoup avec Marilyn. Ainsi le chien visite la maison mexicaine où a été assassiné Trotsky, son maître à penser et philosophe: Voilà mes amis, la grande oeuvre de l'imagination: non l'action, mais l'idée de l'action(..) J'aperçus le jardin où Trotsky avait dû faire pousser ses petites salades , nous montrant ainsi que nous sommes tous des serviteurs, mais que chacun de nous est maître du serviteur qui est en lui. (..)" Ce sont les hommes, Mme Murray...vous m'entendez? Ce sont les hommes et nous les animaux qui se rendent coupables de bestialité. Le cochon parlant de Plutarque le fit remarquer bien avant qu'aucun de nous ne soit né.
_ Tout doux, Maf", dit-elle.
 Le récit grouille ainsi de références philosophiques et livresques. Les pages où Maf retranscrit la conversation avec Carson Mc Cullers sont d'une drôlerie caustique sur le petit monde de la littérature . Ainsi, parlant du romancier Truman Capote:
   _(..) Je te l'dis. Truman a pour ainsi dire dézingué tous ceux qui ont été gentils avec lui, et c'est la pure vérité.
   _Il t'a piqué ton travail?
   _ Oui, ma belle. Ce petit roman de pédé, il l'a piqué à moi, à Bill Faulkner et à Eudora Welty. Le reste, il l'a pris à Tennessee Williams.
   _Et "Petit déjeuner chez Tiffany"?
   _Il te l'a piqué à toi, ma belle.
  _Il paraît.
  _ Oui. Il te l'a piqué, tout de go. Et à Carol Marcus et Slim Keith. C'est l'histoire qu'il a piquée, et la façon d'être, tout pareil. Le style, ça chérie, le style, il l'a piqué à moi et à Christopher Isherwood, juste sous not'nez.

  Ce livre truffé d'anecdotes et d'éléments qui plongent le lecteur dans cette Amérique des années 60, ouvre les coulisses du grand théâtre où se jouent  grandes et  petites comédies de l'Histoire pour notre plus grand plaisir.

 Andrew O'Hagan, écrivain écossais est né à Glasgow en 1968 et fera des études d'anglais. Auteur notamment de "Missing" en 1995, de "Our fathers" en 1999, il a été plusieurs fois sélectionné pour des prix prestigieux. Il est spécialiste de l'oeuvre de Robert Burns et fait partie du jury du prix du même nom. Il est aussi engagé dans l'oeuvre humanitaire.
 Actuellement, il assure une chronique consacrée au cinéma dans le magazine ESQUIRE.
 
 Roman traduit de l'anglais par Cécile Deniard. 344 pages
 Editions Christian Bourgois 2010.  ISBN 978-2-267-02109-7
 
 Cet ouvrage compte pour le challenge "Voisins-Voisines" proposé par Anne du blog "Des mots et des notes"
"http://desmotsetdesnotes.over-blog.com/article-voisins-voisines-2012-95907432.htmlLogo-Voisins-Voisines-Calibri-noir-cadre-blanc

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans littérature
commenter cet article

commentaires

pichenette 22/04/2012 23:04


Il s'occupe de toi!


Et je suis sure qu'il préfère être avec toi qu'avec Marilyn!

Mimi des Plaisirs 25/04/2012 17:23



Tu sais dire les choses pour faire plaisir!
 Marilyn? un peu trop compliquée pour lui...



pichenette 15/04/2012 19:12


Cette Marilyn... maintenant, même son chien devient une star! 


La sagesse canine de Maf vaut-elle la féline de Fil de soie?

Mimi des Plaisirs 20/04/2012 18:33



Je dois t'avouer que je n'ai pas révélé à Fil de soie le travail de son rival en écriture...je ne voulais pas le complexer. Mais à dire vrai, je me rends compte qu'il n'a rien raconté depuis
cette lecture! Aurait-il lu la prose de Maf en cachette? ...Le pauvre, il ne partage pas la vie d'une star... pas de quoi faire une publication...il se réfugie dans le silence
méditatif...



Anne 11/04/2012 21:15


Prends soin de toi et vas-y doucement !! J'espère que la lecture sera un doux plaisir de convalescence. Bises

Mimi des Plaisirs 12/04/2012 19:44



Merci de ce mot réconfortant et amical, Anne.



 Pour ce qui est de lire, je ne m'en prive pas depuis quelques jours: des livres plaisants et légers mais pour les articles de littérature, je n'ai pas repris...
 Bien amicalement à toi et à bientôt, j'espère.



Etienne 06/04/2012 10:40


En lisant les commentaires, des mots:"hospitalisation", "convalescence"... je comprends mieux l'interruption de ces jeudis poètiques.


  A mon tour,  meilleurs voeux de rétablissement ,Mimi.


 dans l'attente d'un prochain jeudi, bien amicalement, Etienne.

Mimi des Plaisirs 11/04/2012 18:46



Merci Etienne pour ce message qui me fait chaud au coeur.
 Effectivement, j'ai connu un douloureux et éprouvant épisode mais j'entame une phase de convalescence qui va me permettre de revenir à des activités plaisantes comme celle du blog.
 J'espère vous y retrouver pour partager invention, création  et poésie.
 Avec toute mon amitié, Mimi.



EasyLeChaton 05/04/2012 20:49


Bon repos et prends bien soin de toi...Bises

Mimi des Plaisirs 11/04/2012 18:39



Merci Easy, merci Le Chaton.
 Pour une fois, j' obéis: je m'écoute un peu plus...mais que c'est difficile!...

 A bientôt.