Présentation

Recherche

pages de vie

Jeudi 28 février 2013 4 28 /02 /Fév /2013 10:50

   "Un soir bleu" nous propose de faire la part belle à nos envies et en ce  jeudi poétique, à notre envie de soleil.
 Rien de tel que le soleil du matin pour donner envie de rire, d'aimer, de vivre intensément.
 J'ai fait mien depuis longtemps ce poème de Pierre Reverdy.
 Combien de fois, comme ce matin, ai-je commencé la journée en me disant: "Pour le moment  la vie est simple et gaie/ Le soleil clair tinte avec un bruit doux..." et la suite, parfois en désordre!
 
 J'ai eu envie de proposer comme un cadeau ce poème de bonheur ensoleillé. Le voici dans sa belle simplicité.

                                Pour le moment

                          La vie est simple et gaie
                Le soleil clair tinte avec un bruit doux
                     Le son des cloches s'est calmé
                Ce matin la lumière traverse tout
                    Ma tête est une rampe allumée
                Et la chambre où j'habite est enfin éclairée

                          Un seul rayon suffit
                          Un seul éclat de rire
                    Ma joie qui secoue la maison
                   Retient ceux qui voudraient mourir
                          Par les notes de sa chanson

                         Je chante faux
                         Ah que c'est drôle
                   Ma bouche ouverte à tous les vents
                   Lance partout des notes folles
                   Qui sortent je ne sais comment
                    Pour voler vers d'autres oreilles
                          Entendez je ne suis pas fou
                         Je ris au bas de l'escalier               
                    Devant la porte grande ouverte          Littérature Métisses-K.Adimi-24-05-12 016
                          Dans le soleil éparpillé
                        Au mur parmi la vigne verte
                    Et mes bras sont tendus vers vous

                   C'est aujourd'hui que je vous aime.

  
                            Pierre Reverdy (1889-1960)
 
                                     (Plupart du temps- 1945)

                                                                                                                                                                     Un  soleil du matin devant ma porte grande ouverte...

Par Mimi des Plaisirs - Publié dans : pages de vie - Communauté : CROQUEURS DE MOTS
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Lundi 31 décembre 2012 1 31 /12 /Déc /2012 13:17

 
      001-copie-1.JPG

Par Mimi des Plaisirs - Publié dans : pages de vie - Communauté : Week-end du petit patrimoine
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Jeudi 13 décembre 2012 4 13 /12 /Déc /2012 23:03

 Pour ce jeudi d' avant fêtes, Lilou- Fredotte nous a concocté un sujet auquel, malgré l'heure tardive et limite pour la publication du jour, je ne résiste pas: la gourmandise!

    Un petit péché mignon le chocolat, goût  que je partage avec Colette.
 2209987646_d27a2cb2e0.jpg
 


 Voici ce qu'elle écrivait il y a exactement un siècle  sur le bonheur du dimanche matin . Une odeur liée à la vieille maison qu'elle évoque pour son jeune ami.

  " Entre. Je vais t'expliquer. D'abord tu comprends que c'est dimanche à cause du parfum de chocolat qui dilate les narines, qui sucre la gorge délicieusement... Quand on s'éveille, et qu'on respire la chaude odeur du chocolat bouillant, on sait que c' est dimanche. On sait qu'il y a , à dix heures , des tasses roses, fêlées, sur la table, et des galettes feuilletées- ici, tiens, dans la salle à manger- et qu'on a la permission de supprimer le grand déjeuner de midi... Pourquoi? je ne saurais te dire... C'est une mode de mon enfance. "
 
 (Le Voyage égoïste- 1912-1913)

 
  Et maintenant mes réflexions toutes prosaïques sur l'art de savourer des profiteroles au chocolat:
 
  

   Auparavant, la fête gourmande c'était le craquant de la nougatine des repas de fêtes avec tablées familiales joyeuses  et animées pour les grandes occasions.
    Mais un jour, au dessert, lors d'un dîner délicat et tendre, apparut sur la nappe blanche , une petite assiette garnie d'exquises friandises au chocolat dont on prononça devant moi le nom avec  suavité: "Profiteroles au chocolat"...
   Depuis , je n'ai pas cessé d'en rechercher  l'excellence .
        Ce mets digne des Dieux se savoure avec lenteur.

      Ouvrir délicatement la coque du chou pour y découvrir la surprise: crème pâtissière légère comme flocon de neige dans l'une, une boule de glace à la vanille des îles dans l'autre puis
 d'un geste précis cueillir juste ce qu'il faut de chocolat chaud liquide, ni trop sucré ni trop amer ...
  Savourer.
  C'est assez pour  faire aimer  la profiterole 549327141 2920572eb4 par dessus tout autre délice.
 
 
 



      
    
 
  

Par Mimi des Plaisirs - Publié dans : pages de vie - Communauté : CROQUEURS DE MOTS
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Lundi 5 novembre 2012 1 05 /11 /Nov /2012 19:03

 Enriqueta  (www.paperblog.fr)  a eu l'idée de nous proposer d'écrire sur un petit lieu qui ne paie pas de mine , un endroit qui ne vaut le détour que pour nous.
  
 
     
      Ça ne vaut pas le détour? ... mais si!...
 
    A deux pas d'un sentier côtier très fréquenté, il est un coin sauvage que nul passant ne regarde vraiment tant il semble banal: une plate- forme de rochers sans grâce ni pittoresque découverte à marée basse. Rien à y pêcher, rien à y trouver. Pourtant c'est "mon" lieu de plénitude.
 
   DSC03478.JPG
 
   Il me suffit de descendre un petit talus herbeux et mes pieds foulent alors une toute petite grève composée de coquillages, de brindilles, de coquilles d'huîtres et autres débris tous complètement blanchis par le sel et l'eau. Quelques roches blanches elles aussi affleurent . Inconfortables au premier abord,  certaines peuvent offrir un excellent siège... Le jeu consiste à tester jusqu'à trouver celle qui s'adapte parfaitement à l'anatomie... Je connais la mienne...presqu'à ras du sol.
 
    Alors commence la trêve : la musique des coquilles remuées par les doigts qui s'amusent, la caresse de l'air ou les gifles du vent, les miroitements de l'eau et le rythme apaisant ou furieux des vagues qui se brisent un peu plus loin...
 Cette solitude, ce silence incroyables à quelques mètres des promeneurs me procurent des sensations qui m'incitent à rêver sur presque rien: un oiseau qui passe en criant, une voile  sur l'horizon, la course du soleil qui décline, une plante qui croît dans l'anfractuosité d'un rocher. DSC03479.JPG
  J'aime alors cette vie élémentaire.

   La rareté de cette halte en fait  aussi la saveur et le bonheur  secret.
   Il suffira plus tard d' un minuscule galet doré poli par les flots, venu d'ici et enfoui dans ma poche pour faire revivre ce lieu magique pour moi seule...

  

Par Mimi des Plaisirs - Publié dans : pages de vie - Communauté : CROQUEURS DE MOTS
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Lundi 22 octobre 2012 1 22 /10 /Oct /2012 17:25

 Comment résister à l'appel de la forêt après des jours de claustration forcée et de la pluie sans discontinuer?

   Courageusement nous nous sommes élancés sur les chemins blancs. Les arbres s'égouttaient sur nous et nous devions éviter les flaques traîtresses. L'air avait des senteurs fortes et un peu acides, les troncs qui pourrissaient sur le sol  moussu semblaient spongieux , saturés d'humidité.
Le silence impressionnait. Le moindre craquement, le vol d'un oiseau effrayé par notre présence, le cri rauque d'un épervier nous faisaient sursauter mais nous avons continué, bâton de pélerin en main. Le but de notre quête? Des champignons, bien sûr, des cèpes ou à défaut, des rosés...Avec  ceux-ci, impossible de se tromper! Nous avions prévu un grand sac, acheté des oeufs pour l'omelette du soir... Mais à quatre heures de l'après-midi, la récolte avait déjà été effectuée par les courageux lève-tôt... et des champignons, nous n'en avons point vu... Enfin , soyons justes...Si, nous en avons vu,  mais en bons citadins ignares en matière de mycologie, nous les avons laissés sur place. Ils faisaient de jolies taches de couleur dans le sous-bois, très Walt Disney, il ne fallait pas gâcher le tableau...et prudence oblige!
 
   Et puis nous nous sommes un peu égarés:  rebrousser chemin , reprendre le sentier nous a pris du temps. Pas facile: nous avons dû traverser un champ de hautes herbes et mouillés jusqu'aux mollets nous avons débouché sur les châtaigniers dont les branches surplombaient le chemin bordé de hautes fougères en fin de vie.
 002-copie-1.JPG
 A nos pieds, des bogues par centaines, offrant la promesse de fruits brillants dans un écrin nacré...hérissé de piquants. Il a fallu les mériter ces châtaignes! et nous avons fait les difficiles, éliminant les jugées trop petites, cherchant les pépites qui nous régaleraient...
001.JPG
  Le sac, trop léger, menaçait de rompre  et nous l'avons porté dans nos bras tour à tour . De temps à autre, je plongeais la main au milieu des fruits, caressais la douceur de leur peau brune et lisse. Ma propre peau s'est imprégnée de leur parfum vivifiant d'humus et de bois.
   A peine le temps de se mettre à l'abri: une averse a lavé nos empreintes de pas...
  
   A la maison, elles ont perdu de leur éclat nos châtaignes, mais j'ai sorti mon livre de recettes  et nous en  attendons de nouveaux délices!

Par Mimi des Plaisirs - Publié dans : pages de vie - Communauté : Embellissons nous la vie
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés